C’était la tendance du CES 2014. Les objets connectés débarquent : Mother, Google glass ou le  FuelBand de Nike, autour de capteurs et de nos mobiles, une nouvelle écologie de l’internet se dessine. Après l’e-mail et les forums, après le web, après le social, dans le rythme du big data, une nouvelle ère définit un nouvel espace de consommation, où les acteurs disposent de nombreux outils pour négocier les prix, définir les produits, surveiller leurs achats et leur consommation, gagner du temps.

Comment allons-nous nous comporter une fois équipés de tous les instruments utiles pour réduire les efforts nécessaires à la consommation ? Serons-nous vraiment plus productifs ? Serons-nous vraiment plus rationnels ? Garderons-nous le pouvoir dans la relation ? Consommerons-nous plus ? Consommerons-nous mieux ?

Si sans aucun doute la productivité du processus d’achat est accrue, il n’est pas sûr qu’elle se traduise par une plus grande compétition. Elle peut aussi favoriser une structure segmentée des marchés. L’accroissement de la variance des prix en témoigne. La plus grande rationalité des choix se confronte au phénomène de la polarisation. L’attachement préférentiel peut créer des bulles qui perturbent l’homogénéité du marché et biaisent les choix. Quant au pouvoir des consommateurs, constatons que l’ordre qui s’établit dans les réseaux répond à des lois puissance qui sanctionnent une extrême inégalité : une très faible fraction de la population peut supporter la quasi-totalité des contributions. Le pouvoir se distribue en proportion. Consommer plus ? Et oui il peut y avoir des effets surprenants : la balance et le calorimètre peuvent être les meilleurs alliés pour l’anorexique. Quant au mieux, même si nous savons naviguer, cela n’empêche pas parfois de s’embrocher sur les rochers !

La technologie est ambiguë. Pour répondre à ces questions, il y a différentes voies théoriques, méthodologiques et pratiques. L’objet de l’atelier est de dresser la carte des enquêtes et des recherches à engager pour mieux comprendre ce qu’est le consommateur appareillé, autant au sens médical de la prothèse qu’à celui maritime d’un bateau et de son équipage, et comment il consomme. Quelques académiques et professionnels en jetteront les grandes lignes.

Invités

  1. Thomas Stenger – Maître de conférences à l’Université de poitiers
  2. Yves Le Jouan – Privowny.
  3. Thibault Munier  _1000mercis
  4. Thierry Meyer – Professeur à l’Université Paris Ouest
  5. Louis-david Benyayer – Without Model

Pour prendre du recul et faire le point sur ce nouveau type de comportement nous vous donnons rendrez-vous le jeudi 27 février de 9h à 11h au siège de 1000mercis 28 Rue de Châteaudun, 75009 Paris ( nombre de places limitée : 60)

Inscription obligatoire ici