C’est donc Nathan de Askom qui aura remporté le concours Mister client 2013 ! La compétition était rude et plusieurs prétendants étaient juste derrière. Mais sur les 6 critères principaux c’est lui qui a eu le score global le plus élevé et le meilleurs équilibre.

Rappelons ces critères : 3 concernent la performance du dialogue : facilité d’utilisation, utilité de la conversation et jouabilité. Ce sont les critères traditionnels du TAM et les prédicteurs de l’intention de poursuivre l’utilisation. Les trois autres concernent la personnalité de l’agent : son humanité, son intelligence et son attractivité visuelle. Tous ensemble ces critères permettent d’expliquer près de 80% de la variance de l’intention d’utilisation ultérieure, ce qui au demeurant sert de critère décisif.

Au-delà de la victoire quelques éléments d’information d’ensemble peuvent être tiré de ce troisième Jury.

  • Le premier est que les agents progressent peu. Sur trois jurys successifs, la moyenne des évaluation n’a pas augmenté de manière statistiquement significative. Le Jury est peut-être devenu plus exigeant et la performance intrinsèque des agents n’évolue pas de manière forte. Ce sera l’objet d’investigations plus avancées dans les semaines à venir.
  • Le second, et ce n’est pas pour consoler ceux qui n’ont pas remporté le prix, réside dans le fait que la performance des AVI est extrêmement dépendante de la tâche qui lui est assigné. C’est le bon ajustement de la tâche et de la performance intrinsèque qui fait d’un AVI qu’on a l’intention de le réutiliser. Pour les entreprise l’enseignement est clair, tant que l’intelligence des AVI ne dépassera pas celle des humains, il sera préférable de leur confier des tâches simples et d’en avertir les utilisateurs.
  • Un troisième enseignement est que la jouabilité s’avère un critère essentiel dans l’explication des intentions d’usages, bien plus fort que l’utilité, et très lié à la facilité d’utilisation. La conversation a défaut d’être efficace doit être au moins amusante. La plus part des agents manquent d’humour.

Au-delà du concours, le rôle du jury constitué par le master est d’alimenter une petite base de données qui aujourd’hui comprend plus de 200 évaluations relatives à 38 agents, et qui nous servira dans les semaines à venir à explorer un certains nombre d’hypothèses. et de mieux comprendre les facteurs qui conduisent à ce que les consommateurs les utilisent et leurs soient fidèles.