A l’heure des omniprésents Facebook et Google, où la problématique de la protection des données privées sur internet prend toute son ampleur, nous découvrons un métier peu connu du monde de l’entreprise : le Correspondant Informatique & Liberté (CIL) avec une intervention de sensibilisation proposée par Monsieur Bruno Rasle, Délégué général de l’ AFCDP.

 

 

 

Depuis 2005 et la parution du décret d’application de la loi « Informatique et Libertés », la fonction de CIL est en plein essor. Devenu un acteur à part entière de la protection des données dans le paysage professionnel français, le CIL est aujourd’hui représenté dans de nombreux secteurs d’activité. Ainsi, avec près de 10000 organismes ayant déjà désigné un CIL, celui-ci est devenu un véritable garant de notre identité numérique. Sa particularité est que salarié de l’entreprise, il dispose cependant d’une véritable indépendance. Il n’est cependant pas un censeur même si son rôle d’alerte est primordiale, dans l’exercice de sa profession il doit être diplomate et sa réussite résidera dans sa capacité à être associé dès la conception des projets risquant de soulever des problèmes de données personnelles.

 

 

Alors que le CIL contribue chaque année à faire émerger de nombreuses pratiques illégales au sein d’entreprises internationales (Acadomia, Lidl, IKEA…), la problématique de protection des données personnelles est devenue un enjeu d’image et d’identité primordial pour de nombreux acteurs.

 

Enfin, alors que la présence du CIL au sein des entreprises était jusqu’alors facultative, celle-ci tend dans les prochaines années à devenir obligatoire au niveau européen, comme cela est déjà le cas chez nos voisins allemand. Avec des sanctions qui pourront monter jusqu’à 2% du C.A mondial, la problématique de la protection des données personnelles deviendra alors l’un des axes majeurs d’identité et d’image mais aussi de respect de la loi des entreprises françaises.